Les affects lacaniens PDF, EPUB

Ce serait un mécanisme spécial de l’automatisme mental, qui pourrait être déclenché dans les conditions spécifiques de la fragilité de la chaîne signifiante (forclusion du Nom-du-Père ou solidification), en combinaison avec des facteurs biologiques, y compris des facteurs génétiques.


ISBN: 2130588328.

Nom des pages: 275.

Télécharger Les affects lacaniens gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

La question des affects est cruciale dans la psychanalyse puisqu’elle vise à traiter « l’impossible à supporter ». Il faut donc dire jusqu’où elle y parvient, pourquoi et comment ?
Une conception des affects qui dise ce qui les produit était là nécessaire.
Le livre suit sa mise au point chez Jacques Lacan à mesure qu’il avance dans sa conception de la structure, depuis l’inconscient « structuré comme un langage », déchiffrable, jusqu à l’inconscient-lalangue, réel, indéchiffrable. Les affects deviennent alors les seuls témoins de ce qui dans l’expérience ne passe pas au langage.
Le livre suit le développement de la théorie proprement lacanienne de la production des affects, de la série des affects spécifiques auxquels il s’est arrêté, depuis l’angoisse jusqu’ aux affects de fin d analyse, en passant par tristesse, ennui, morosité et quelques autres, ainsi que les conséquences pratiques.

Sa réplique était immédiate: vous manquez le point. C’est le minimum absolu qui soutient la session analytique au niveau du transfert, tout comme le moment aristotélicien, le maintenant, est suffisant pour supporter le temps. Légiférer pour l’altérité: pouvoirs de proscription et discours parlementaire.

La flèche pointant vers le S (A) reste dans la colonne qui concerne la Femme, qui n’est donc pas entièrement phallique. Ce mode de croyance trouve la jouissance du réel en dehors du sens. La jouissance est indubitablement là au point où la douleur commence à apparaître »(ibid.). Ne pas répondre à la demande d’affection, c’est-à-dire; car il est certainement raisonnable pour l’analyste de répondre aux mots qu’il entend, de reconnaître la personne comme un être parlant.